Test du Samsung Galaxy Fold : Le futur plié

Posted on Posted in Lien externe

Annoncé juste avant les Samsung Galaxy S10 en février dernier, Samsung avait surpris tout le monde avec la présentation du Samsung Galaxy Fold, premier smartphone du constructeur coréen avec un écran pliable.

Mais plus surprenant encore, Samsung en avait profité pour annoncer la disponibilité du Galaxy Fold dès la fin du mois d’avril. Maintenant, on le sait, suite à quelques problèmes d’écrans sur des modèles de test, Samsung a décidé de repousser la sortie mondiale du Galaxy Fold, initialement prévue début mai en France. La date précise n’est pas encore connue. Si ce test s’est fait sur un modèle quasi définitif, le retour des modèles actuels amènera un autre test, celui du modèle commercial suite aux changements qu’est en train d’opérer Samsung.

Toujours est-il qu’on fait partie des médias de confiance et on a pu tester le smartphone depuis deux semaines. On a pris notre temps pour apprivoiser ce nouveau format de smartphone et nous faire une idée précise de ce que peut apporter ce nouveau form-factor.

Les Caractéristiques et le Packaging

Pour rappel sur les caractéristiques, le nouveau Samsung Galaxy Fold vous propose :

Nom Samsung Galaxy Fold
Ecran Interne – 7,3 pouces pliable
– Dynamic AMOLED
– HDR10+
– 2152 x 1536
Ecran Externe – 4,6 pouces
– Super AMOLED
– Gorilla Glass 6
– Format 21:9
– Définition HD+
SoC – Qualcomm Snapdragon 855
– GPU Adreno 640
– Gravure en 7 nm
Logiciel – Android 9.0 Pie
– Surcouche One UI
Mémoire vive – 12 Go
Mémoire interne 512 Go
Port Micro-SD Non
Batterie – 4380 mAh (non-amovible)
– Recharge sans-fil
– Recharge sans-fil inversée PowerShare
Appareil photo dorsal – Capteur principal de 12 MP
– FoV 77° et Double Ouverture f/2.4 et f/1.5
– Autofocus Dual Pixel
– Capteur téléphoto 2x de 12 MP
– FoV 45° et Ouverture F/2.4
– Capteur ultra grand-angle de 16 MP
– FoV 123° et Ouverture F/2.2
– Photo HDR automatique
– Capture vidéo UltraHD à 60fps
– Ralentis jusqu’à 960fps en 720p
– Stabilisation optique
– Mode Vidéo Action-Cam super stabilisé
Appareil photo frontal interne – 10 MP
– Ouverture f/1.7
– Smart Autofocus
– Reconnaissance des visages 2D
– HDR automatique
– Second appareil avec un capteur RGB de 8 MP
– Capture vidéo frontal en UltraHD à 30fps
Appareil photo frontal externe – 10 MP
– Ouverture f/1.7
– Smart Autofocus
– HDR automatique
– Capture vidéo frontal en UltraHD à 30fps
Dimensions 157,6 x 74,1 x 7,8 mm
Poids 263 g
Carte SIM 2 x nano-SIM (1 × nano-SIM + 1 eSIM)
Capteur d’empreintes digitales Type Physique sur le bouton Bixby
Connectique – USB Type-C
– NFC
– WiFi 6 (802.11 a/b/g/n/ac/ax)
– Bluetooth 5.0
– 4G LTE Cat. 20
GPS A-GPS, GLONASS, BDS, Galileo
Prise jack Non
Etanchéité à l’eau Non
Coloris Noir Cosmos, Argent Stellaire, Bleu Astro et Vert Martien
Prix de lancement – 2020 euros
– Livré avec des Galaxy Buds
– Samsung Care+ d’un an avec un bris d’écran
– Coque de protection en kevlar

Au niveau des caractéristiques purement techniques, le Galaxy Fold est en quelque sorte un Galaxy S10+ mais avec un écran pliable et un écran externe. Contrairement aux Galaxy S10, les Galaxy Fold embarquent un processeur Qualcomm Snapdragon 855 et il n’y a pas de version Exynos. On notera qu’il est bien Dual-SIM mais s’il y a bien un emplacement pour votre carte SIM, la deuxième SIM est une eSIM, comme sur les iPhone XS/XR. Pour l’instant, aucun des opérateurs français ne supporte ce nouveau format mais cela pourra s’avérer utile à l’étranger comme aux États-Unis. Enfin, pas de port mémoire Micro-SD mais une mémoire interne de base de 512Go avec 12Go de RAM, ce qui nous semble largement suffisant.

N’oublions pas que Samsung positionne son smartphone comme un objet de luxe vu son prix. Aussi, on retrouve un packaging plus conséquent et plus imposant. Le Galaxy Fold sera au passage distribué en très petites quantités, surtout quand on le compare aux quantités des Galaxy S10 par exemple. A l’intérieur, on retrouve des éléments assez classiques comme le smartphone bien entendu, un câble USB-C, un adaptateur USB-C vers USB-A, un chargeur rapide, des coques de protection en kevlar et des écouteurs sans-fil, les Galaxy Buds. Le Samsung Galaxy Fold sera disponible au prix de 2020 euros. Si les versions Noir Cosmos et Argent Stellaire seront les versions disponibles par défaut, les versions Bleu Astro et Vert Martien seront disponibles exclusivement sur le site de Samsung et avec un délai de 3 semaines.

Le Design

Côté design, inutile de dire que Samsung innove avec un nouveau type de smartphone et s’il y a peut-être des soucis que Samsung n’avait pas prévus, il faut saluer l’arrivée d’un tel smartphone (ou tablette, c’est vous qui voyez). En toute honnêteté, depuis quelques années, on commençait à se lasser parce que les smartphones se limitaient à un écran avec un dos en aluminium ou en verre. Là, on se retrouve avec un design qui n’est pas sans rappeler les téléphones à clapet ou les mini-ordinateurs comme les Psion ou autres Nokia Communicator.

Si on parle d’innovation, c’est parce qu’en ouvrant le Galaxy Fold, il n’y a pas de mini-clavier avec un écran mais bel et bien un écran pliable et ça, c’est une grosse première dans le monde des smartphones. Si certains ne voient pas l’intérêt d’un écran pliable pour diverses raisons, on ne peut pas retirer le fait que cela fait longtemps qu’on n’a pas eu un tel changement dans le monde des smartphones. Il ne faut pas oublier que le Galaxy Fold n’est que le premier smartphone de ce nouveau genre. D’autres form-factors arriveront avec le temps et très personnellement, avoir un écran plus grand dans un encombrement divisé par deux, je ne suis pas contre du tout. C’est d’ailleurs le cas avec le Galaxy Fold, j’avais un smartphone et une tablette tout le temps avec moi depuis deux semaines et ce, dans une seule poche.

Une fois fermé, le niveau de finition est toujours excellent avec un dos en verre très réussi mais comme d’habitude, ce dos est capable de prendre toutes les traces du monde. On parlera des écrans plus tard. Aussi, tout n’est pas rose. Si la finition est exemplaire et que la charnière semble bien être à l’épreuve du quotidien, les problèmes qu’ont rencontré les journalistes américains ne sont pas innocents. Si Samsung a décidé de rappeler tous les Galaxy Fold dans le monde, c’est aussi parce qu’il y a peut-être des choses à améliorer au niveau de cette charnière afin d’éviter que des corps étrangers puissent s’introduire par ce biais et endommager l’écran pliable. Je rappelle tout de même qu’il y a, à ce jour, trois cas avec des vrais problèmes et des corps étrangers. Ils ont tous été répertorié aux Etats-Unis. C’est quand même fou qu’aucun modèle défectueux n’ait été répertorié dans le reste du monde.

Toujours est-il que malgré la mauvaise presse que certains médias ont mis en place (par ignorance du produit ou autres), la majorité des personnes à qui j’ai montré le Galaxy Fold ont apprécié le produit et salué la nouveauté. Le plus drôle, c’était de voir que certains médias se sont convaincus que l’écran pliable n’avait pas d’avenir (alors qu’ils n’avaient même pas le produit en test) mais que le grand public (à qui j’ai montré le produit) s’est montré plus indulgent sur le futur possible d’un tel produit. Clairement, personne ne dépensera les 2000 euros pour le Galaxy Fold mais tous y ont vu un futur. L’idée même d’avoir l’équivalent d’une petite tablette (comme l’iPad mini) ou d’une liseuse dans un encombrement moindre, une fois dans la poche, est ce qui revient le plus souvent.

Si le Galaxy Fold joue la carte de la finesse quand il est déplié (6,9mm), il reste épais une fois replié (17mm). C’est quand même l’équivalent de deux smartphones l’un sur l’autre. Il ne faut vraiment pas oublier que c’est une première génération et que le futur permettra de réduire l’épaisseur globale. Souvenez-vous des premiers smartphones avec des bords d’écran d’un demi-centimètre, bah, c’est pareil, les prochaines générations s’annoncent prometteuses. On s’attendait à un espace plus important au niveau de la pliure, mais en réalité, il reste relativement petit. On est quand même bien loin du Royole Flexpai. Le Galaxy Fold n’est pas lourd en soi, surtout si on le considère comme une tablette mais une fois replié, ce n’est pas le plus léger des smarpthones. D’un autre côté, avec ses 263g, si ça reste lourd, il reste plus léger qu’un iPhone XS Max avec une coque de protection.

Une fois fermé, le Samsung Galaxy Fold propose un design tout en longueur, ce qui permet une prise en main aisée et facile à une main. Du coup, on le tient très bien en main et il ne risque pas de vous glisser des doigts comme les smartphones super fins avec des écrans XL. Avec le Galaxy Fold, pas de capteur d’empreintes sous l’écran, c’est un capteur physique et il se situe sur le bouton dédié à Bixby. S’il fonctionne très bien, on pense qu’il aurait dû être au niveau du bouton de mise sous tension. D’ailleurs, parce que je n’utilise pas Bixby, j’ai configuré l’appel de Bixby sur un double appui sur son bouton, ce qui a pour conséquence de ne jamais l’activer.

Et enfin la fameuse question concernant l’écran pliable : en extérieur (comme le Mate X de Huawei) ou en intérieur (comme le Galaxy Fold) ? Honnêtement, je n’ai pas encore d’avis définitif dessus. Côté Fold, la pliure est plus marquée mais l’écran n’ondule pas et il est protégé. Côté Huawei, ça rend mieux mais je ne suis pas sûr que la solution soit pensée pour un usage au quotidien et le tout me semble plus fragile. A voir quand j’aurais celui de Huawei

Les écrans, la pliure et le son

Le Samsung Galaxy Fold propose deux écrans, un écran extérieur Super AMOLED et Gorilla Glass 6 de 4,6 pouces avec une définition HD+ et un format 21:9. Du côté de l’écran principal, il est bien évidemment pliable et propose un écran Infinity Flex Dynamic AMOLED de 7,3 pouces avec une définition de 2152×1536 et un format proche du 4:3.

Commençons par l’écran extérieur. S’il fait bien 4,6 pouces, il est au format 21:9. Du coup, il est clairement petit. Il suffira bien évidemment pour les notifications ou même de la consultation mais pour taper du texte ou autres, il reste trop petit. C’est d’ailleurs une des remarques que beaucoup de testeurs lui ont fait. Ce qui est drôle, c’est que beaucoup qualifient cet écran de défaut alors que si cela n’avait été qu’un écran de contrôle de quelques lignes affichant des informations comme le mode « Always On » des Galaxy S10, personne n’aurait critiqué. Alors oui, on aurait aimé un écran plus grand ou plus large mais dans le concept même du Galaxy Fold, je ne l’ai pas trouvé illogique. De plus, le passage au grand écran interne via Continuity est assez agréable quand l’application est prévue pour.

Pour ce qui est de l’écran intérieur, il est au format 4:3 et fait à peu près la même diagonale qu’un iPad mini d’Apple par exemple. Si le gain ne se fera pas sentir forcément sur du contenu multimédia comme les vidéos, ce format permet de lire beaucoup plus facilement. D’ailleurs, beaucoup le comparent à une liseuse. Au final, avoir l’équivalent d’une tablette dans un encombrement de smartphone, ça reste très tentant au quotidien .

Sinon, oui, la pliure de l’écran intérieur est bel est bien visible. On la sent même physiquement quand on passe son doigt sur l’écran. Maintenant, pour être honnête, quand on est en face de l’écran, on la voit à peine et au fil du temps, on l’intègre, comme les encoches des iPhone XS par exemple. On sait que beaucoup espèrent un jour un écran sans pliure mais ça, seul le futur nous le dira parce qu’on a beau avoir cherché, on n’a pas trouvé d’objet du quotidien en plastique rigide sur lequel une pliure ne se verrait pas.

En dehors  de cette pliure, les deux écrans sont vraiment très bons. Si je ne suis pas spécialement étonné pour l’écran externe, assez classique en soi, j’avais des doutes concernant l’écran interne avec sa dalle plus fine et ses multiples couches en plastique. Vous avez dû suivre les mésaventures des premiers testeurs américains (oui, parce que dans le reste du monde, il ne semble pas y avoir eu de soucis) et clairement, on est en droit de se poser des questions quand à la durabilité d’un tel écran et seul le temps pourra nous apporter des réponses. A ce sujet, on salue bien évidemment la décision de Samsung de repousser la sortie et de rappeler tous les produits de tests. Cela permettra ainsi au constructeur de revoir certaines choses. Oui, on n’est pas aussi virulent que certains confrères. Le produit n’était pas disponible dans le commerce, on ne voit pas trop pourquoi tant de personnes s’excitent sur le produit. C’est mieux pour le consommateur. Et à ceux qui rappelle à tout va qu’Apple n’aurait pas fait une telle erreur, on vous rappelle le « bendgate » des iPhone 6 Plus ou plus récemment le problème des claviers des MacBook Pro qui n’est toujours pas réglé à ce jour.

On retrouve la technologie HDR10+ sur l’écran interne et si la définition n’est pas aussi bonne que sur un Galaxy S10, elle reste très satisfaisante pour une première génération d’écran AMOLED pliable. En terme de finesse d’affichage, je vous défie de trouver une différence à l’oeil nu au niveau des textes et autres. Les noirs sont très profonds et les couleurs sont contrastées. Pour être très sensible aux couleurs à cause de ma passion photo, il n’y a aucun problème de ce côté là. Samsung s’en sort avec les honneurs au niveau des couleurs. La colorimétrie est maîtrisée. Les angles de visions sont bons et je n’ai eu aucun problème de visibilité en plein soleil.

Cela n’aura échappé à personne, le Samsung Galaxy Fold n’a plus de port jack, c’est d’ailleurs pour ça que c’est livré avec le Galaxy Buds (voir notre test ICI) qui sont bien pratiques au quotidien. On pense que les prochains Galaxy S et Note ne le proposeront plus non plus. Dans tous les cas, c’est dans l’ère du temps. Pour peu que vous soyez déjà passés au sans-fil, ça ne vous manquera pas.

A côté du support du Dolby Atmos, le Galaxy Fold propose deux haut-parleurs qui se sont avérés plus puissants que ceux que proposent les Galaxy S10. Il est juste dommage que Samsung n’ai pas pu y placer quatre haut-parleurs comme c’est la mode des tablettes les plus récentes pour proposer une expérience sonore similaire à n’importe quelle tablette. Evidemment, on parle de haut-parleur et des usages qui en découlent, vous ne pourrez pas alimenter une salle de cinéma non plus, hein ?

One UI au quotidien

A l’instar des Galaxy S10, on retrouve la surchouche One UI sur Android 9.0. Rien à signaler, ça marche toujours très bien. On en était plus que content sur les Galaxy S10, on retrouve cette expérience utilisateur qui me va parfaitement. La seule vraie différence, c’est cette possibilité d’avoir jusqu’à 3 applications sur l’écran. Tout se fait depuis un tiroir d’applications latéral qui permet de « drag & drop » des applications directement sur l’écran.

Avec un écran externe, Samsung apporte aussi la technologie Continuity, développée avec Google. En gros, quand une application est ouverte sur l’écran externe et que vous ouvrez le Galaxy Fold, on se retrouve avec l’application optimisée pour l’écran interne. Le hic, c’est que tout le monde ne s’y est pas mis encore. Du coup, sur des applications comme Google Maps, c’est parfait mais pour Twitter par exemple, le Galaxy Fold va demander de redémarrer l’application pour appliquer la résolution de l’écran interne puisqu’elle est différente de celle de l’écran externe. Au quotidien, ce n’était pas trop gênant mais il faut le savoir. D’ailleurs, en parlant de résolution d’application, il y a des applications qui gèrent très mal le format 4:3 du Galaxy Fold, je pense notamment aux stories d’Instagram qui sont affichées en plein écran et donc se retrouvent coupées à l’affichage.

Si ce n’est pas activé par défaut, vous pourrez également faire du Continuity dans le sens inverse, c’est à dire depuis l’écran interne vers l’écran externe. Alors pourquoi est-ce désactivé par défaut ? C’est parce que Samsung a pris le parti de considérer que quand on ferme le Galaxy Fold, c’est qu’on arrête d’utiliser le smartphone.

Sinon, au quotidien, l’expérience est assez proche de ce que propose Android stock et ce même si Samsung essaie toujours d’imposer certaines technologies comme son assistant personnel Bixby… que je n’utilise toujours pas…

Performances et Autonomie

Du côté des performances, le Galaxy Fold propose un SoC Qualcomm Snapdragon 855. C’est une bête de course. Evidemment, j’ai essayé tous les jeux récents comme Brawl Stars (j’adooooore), Fortnite ou encore PUBG Mobile et il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que c’est parfaitement fluide, surtout que les éditeurs travaillent maintenant main dans la main avec Samsung. Mais là où le Galaxy Fold se détache des smartphones au design plus classique, c’est qu’un écran 4/3 permet d’avoir les contrôles virtuels qui ne cachent pas le jeu et dans des jeux comme PUBG, c’est super appréciable. On notera toujours la présence de la technologie On Device AI qui permet de comprendre les applications en mémoire et donc de fermer certaines ou alors de réduire les performances en fonction des usages et éviter des surconsommation énergétiques inutiles.












Le Galaxy Fold arrive avec une batterie de 4380mAh. On retrouve également la recharge rapide ainsi que la recharge sans-fil compatible Qi et PMA (PowerMat). Mais ce n’est pas tout puisqu’on retrouve aussi la recharge inversée, PowerShare. Si c’est toujours amusant de pouvoir recharger le smartphone d’un ami, la recharge inversée prend tout son sens avec les accessoires Galaxy que Samsung propose comme les Galaxy Buds, livrés de série avec le Galaxy Fold. Pratique.

Sinon, en terme d’usage, le Samsung Galaxy Fold assure pleinement une journée et ce, quelque soit vos usages. Depuis deux semaines que je l’ai en test, je n’ai jamais eu à me plaindre et à paniquer d’un éventuel smartphone éteint avant d’aller dormir. C’est quand même agréable de se dire que son smartphone voire même tablette, à 40% ou 50% en se levant peut largement tenir jusqu’en milieu d’après-midi et ce, sans changer ses habitudes.










Je vous rappelle qu’Android apprend de vos usages (une semaine en général) et si les benchmarks peuvent donner une sorte de classement entre différents smartphones, ils ne sont pas forcément représentatifs de la réalité. Voici donc plusieurs captures en fin de journée avec ce que j’en ai fait. Cela vous permet de mieux apprécier les usages :

Photo et Vidéo

La photo reste bien évidemment un des gros points fort d’un smartphone Galaxy S et ça l’est aussi sur le Galaxy Fold puisque pour faire simple, au dos, le Galaxy Fold reprend le bloc photo des Samsung Galaxy S10 et S10+. Pour le bloc photo lié à l’écran interne, on reprend le même bloc photo que le Galaxy S10+ en façade. La petite nouveauté est donc l’appareil photo en plus lié à l’écran externe qui reprend le bloc photo du Galaxy S10 en façade soit un capteur de 10 Mégapixels avec un objectif grand angle et une ouverture de F/2.2.

Pour rappel, avec le Galaxy Fold, on retrouve l’autofocus super rapide « Dual Pixel », mais aussi le « Dual Aperture » sur le capteur photo principal. L’appareil photo principal propose ainsi un objectif grand angle (FOV de 77°) avec une double ouverture, F/2,4 et F/1,5. Quand la luminosité est au dessus de 100 lux, le Galaxy Fold utilisera la première ouverture et quand la luminosité sera en dessous de 100 lux, le Galaxy Fold passera à la seconde ouverture, plus lumineuse. Si vous vous demandez encore pourquoi ne pas avoir une seule ouverture de F/1,5 qui est capable de faire en théorie du F/2,4 ? Tout simplement parce qu’avec des objectifs si petits, selon Samsung, cela augmenterait les risques d’aberrations et de sur-exposition.

Techniquement parlant, le Galaxy Fold propose au dos un appareil photo standard avec un capteur de 12 Mégapixels, un appareil photo avec un ultra grand angle (FOV de 123° et F/2,2) et un capteur de 16 Mégapixels. Et enfin, un troisième appareil photo qui n’est autre qu’un téléobjectif x2 (F/2,4 et un FOV de 45°) avec un capteur de 12 Mégapixels. En façade avec l’écran interne, on a droit à un appareil photo grand angle avec un capteur de 10 Mégapixels, un Autofocus Dual Pixel et l’enregistrement de vidéos en UltraHD, et un second appareil photo avec un capteur RGB de 8 Mégapixels avec une ouverture de F/1,9 qui servira essentiellement au mode Portrait et au calcul de la profondeur. Et enfin, avec l’écran extérieur, on retrouve la même chose qu’avec l’écran interne mais sans le second appareil photo. Si je peux comprendre qu’on puisse se prendre en selfie avec le Galaxy Fold déplié, je pense que j’aurais préféré avoir l’inverse entre le bloc photo de l’écran pliable et celui de l’écran externe.

En général, comme pour les Galaxy S10, on note une tendance à proposer une température de couleur un peu plus chaude et une légère surexposition par rapport à la concurrence. Ce ne sont pas des défauts en soi mais une approche différente qui s’avère utile dans certaines conditions et pas dans d’autres. Mais dans l’absolu, en condition de bonne luminosité, il n’y a de soucis à se faire, l’autofocus est d’une rapidité exemplaire et il est peu probable que le Galaxy Fold se rate.

Dans les conditions de faible luminosité, Samsung ne propose toujours pas de mode nuit sur le Galaxy Fold mais il ne devrait pas tarder à arriver puisqu’il est disponible sur les Galaxy S10 depuis peu. Le constructeur coréen privilégie toujours des couleurs proches de la réalité avec un joli rendu des détails mais sans ce mode nuit, le tout reste moins lumineux au final par rapport aux Galaxy S10. Il faudra donc se contenter pour l’instant de la reconnaissance de scènes qui propose plus de détails à défaut de plus de lumière. Le bloc photo du Galaxy Fold est complet au quotidien et contrairement à certains concurrents qui proposent un bloc photo équivalent, Samsung propose surtout des résultats très homogènes, quelque soit la focale utilisée. Maintenant, si vous recherchez un gros zoom, le Galaxy Fold ne sera pas votre choix premier.















Concernant la vidéo, le Samsung Galaxy Fold fait partie des meilleurs videophones actuellement sur le marché. La stabilisation fonctionne super bien et on retrouve sinon le mode action-cam avec une stabilisation assez proche de la technologie HyperSmooth des dernières GoPro Hero7 Black. Les vidéos en sortie sont riches en détail et proposent une bonne dynamique, on regrettera juste le crop de la vidéo qui fait perdre de la focale sur le capteur principal.

Et enfin, par rapport aux Galaxy S10, si vous pouvez bien évidemment utiliser l’écran externe pour cadrer, il faut avouer que l’utilisation de l’écran interne permet de mieux voir et donc quelque part de mieux cadrer. Oui, on se moquait des personnes qui utilisent leur iPad pour prendre des photos. Eh bien, on n’en est pas très loin mais l’avantage, c’est qu’on ne range pas une tablette dans la poche. De mon côté, sur ces deux semaines, j’ai quasiment tout fait avec l’écran externe et cela m’a suffi au quotidien, surtout que le Galaxy Fold replié était plus maniable à une main.

Galerie Photo


























































































 



Lire la suite: Test du Samsung Galaxy Fold : Le futur plié
Source: LeJournalduGeek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *