Royole FlexPai : prise en main d’un smartphone pliable, futuriste mais pas encore convaincant

Posted on Posted in Lien externe

Souvenez-vous, si on remonte jusqu’à novembre 2018, Samsung devait être le premier à proposer un smartphone ou une tablette avec un écran pliable. Et puis au final, c’est Royole, que l’on connaissait plutôt pour ses casques cinémas qui a pris les devants et qui a annoncé le FlexPai. Disponible à un peu plus de 1200 euros en Chine, on a pu le découvrir de nos propres yeux lors du CES 2019.

Disponible en plusieurs versions avec 128Go de mémoire interne et 6Go de RAM ou avec 256Go de mémoire interne et 8Go de RAM, le Royole FlexPai propose un écran AMOLED de 7,8 pouces avec une définition de 1920×1440. L’écran en soi ne nous a pas choqués même s’il ne nous est pas apparu des plus fidèles au niveau des couleurs comme le Pixel 3 XL qu’on avait pour comparaison. Posé à plat et avec les reflets, l’écran n’était pas totalement plat et apparaissait des sortes d’ondulations sur la surface. C’était peut-être notre exemplaire à force de servir de démo… Au dos de l’écran, en plein milieu se trouve une charnière en caoutchouc qui permettra de plier l’écran à cet endroit bien précis. On notera qu’on ne parle pas de plier totalement l’écran comme on le ferait avec une feuille de papier. D’ailleurs, à ce sujet, Samsung a précisé hier au CES 2019 qu’on ne pouvait pas encore totalement plier un écran ou alors on prendrait le risque de la casser. Résultat des courses, on se retrouve avec un appareil relativement épais une fois replié, ce qui ne va pas plaire à ceux qui ont l’habitude de mettre leur smartphone dans la poche du pantalon.

À la manière d’une tablette 2-en-1, vous n’êtes pas obligé de laisser la Royole FlexPai à plat ou totalement pliée, vous pouvez vous arrêter à mi-chemin pour la poser sur une table par exemple. Si vous regardez bien, l’écran ne prend pas totalement la surface avant, laissant de la place à l’appareil photo frontal et ses capteurs. Du coup, alors que le FlexPai se plie au milieu, les deux écrans ainsi “créés” ne sont pas similaires. Il y en a un au format 16/9 et le second au 16/8. Chaque écran peut fonctionner indépendamment et Royole se paie le luxe d’être double-SIM dans le sens où vous pourrez avoir deux smartphones-en-un. La charnière semble solide de prime abord. En revanche, j’ai pu noter une finition qui laisse à désirer. En effet, en main, on a l’impression d’utiliser un prototype alors qu’on nous a dit que c’était les modèles commerciaux que j’avais entre les mains.

Côté logiciel, le Royole FlexPai tourne sous Android 9.0 Pie avec une surcouche Water OS. S’il y a bien une gestion de trois types d’écrans (le format tablette et les deux formats smartphones), j’ai pu noter beaucoup d’instabilité et si vous allez trop vite, le FlexPai ne saura plus sur quel pied danser, ce qui donne pas mal de bugs d’affichage et des ralentissements sans raison. Côté caractéristiques techniques, on retrouve un processeur Qualcomm Snapdragon, un double appareil photo avec un capteur de 16 Mégapixels pour le grand-angle et 20 Mégapixels pour le téléphoto, une batterie de 3800 mAh, un port USB-C, mais pas de port jack.








 

 



Lire la suite: Royole FlexPai : prise en main d’un smartphone pliable, futuriste mais pas encore convaincant
Source: LeJournalduGeek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *