Prise en main : Samsung Galaxy Fold, la réalité de l’écran pliable

Posted on Posted in Lien externe

Annoncé juste avant les Samsung Galaxy S10 en février dernier, Samsung avait surpris tout le monde avec la présentation du Samsung Galaxy Fold, premier smartphone du constructeur coréen avec un écran pliable.

Mais plus surprenant encore, Samsung en avait profité pour annoncer la disponibilité du Galaxy Fold dès la fin du mois d’avril. Pour la France, il arrive ce 03 mai 2019 soit une petite semaine après les États-Unis et la Corée. Si son prix de 2020 euros n’est pas des plus accessibles, c’est en quelque sorte le prix à payer pour entre-apercevoir un des futurs possibles dans le monde de la mobilité !

On fait partie des heureux à avoir pu le prendre en main aujourd’hui. Oui, parce que pour rappel, s’il était présenté à certains distributeurs sous le manteau durant le MWC 2019 en février dernier, il n’était visible que sous cloche alors que son concurrent direct, le Huawei Mate X avait pu être pris en main dès le salon de Barcelone. En revanche, du côté du constructeur chinois, si l’effet d’annonce était bien là, on est resté plus discret sur la disponibilité du produit évoquant le premier semestre de cette année mais sur des marchés ciblés ! Toujours est-il que du côté de Samsung, le Galaxy Fold sera bel et bien disponible et on l’a pris en main. Voici nos impressions en attendant notre test qui arrivera dès que possible.

Packaging et Disponibilité

On retrouve un packaging digne d’un objet qui se veut différent des smartphones actuels. La boîte est plus imposante, ce qui correspond à ce côté plus luxe/Premium que Samsung veut mettre en avant. C’est d’ailleurs comme ça que Samsung souhaite vendre son Galaxy Fold qui sera au passage distribué en très petites quantités.

A l’intérieur, on retrouve des éléments assez classiques comme le smartphone bien entendu, un câble USB-C, un chargeur rapide, des coques de protection en kevlar et des écouteurs sans-fil, les fameux Galaxy Buds. Le Samsung Galaxy Gold sera disponible le 03 mai 2019 au prix de 2020 euros. Si les versions Noir Cosmos et Argent Stellaire seront les versions disponibles par défaut, les versions Bleu Astro et Vert Martien seront disponibles exclusivement sur le site de Samsung et ce, avec un délai de 3 semaines.

Les Ecrans

Le Samsung Galaxy Fold propose deux écrans, un écran extérieur Super AMOLED et Gorilla Glass 6 de 4,6 pouces avec une définition HD+ et un format 21:9. Du côté de l’écran principal, il est bien évidemment pliable et propose un écran Infinity Flex Dynamic AMOLED de 7,3 pouces avec une définition de 2152×1536 et un format proche du 4/3.

Et autant poser les bases, non seulement la pliure de l’écran de sent physiquement parlant mais elle est également bel est bien visible en fonction des angles de vues. En revanche, je préfère vous rassurer, quand vous êtes en face de votre Fold, la pliure se voit à peine, contrairement aux Mate X de Huawei, du moins sur les prototypes. On ne voit pas non plus l’effet de mini-ondulations sur l’écran. C’est part et très propre.

En dehors  de cette pliure, les deux écrans me semblent vraiment très bons et je ne serai pas étonné qu’ils soient du même calibre que ce que proposent les derniers Galaxy S et Galaxy Note. Peut-être moins lumineux mais c’est à vérifier. Il y a une sorte d’encoche sur l’écran pliable. Vu la surface globale, cela ne m’a pas plus gêné que cela puisque les informations de notifications ont assez de place pour s’afficher à gauche de cette encoche. En revanche, elle pourra gêner.

Côté son, on retrouve des haut-parleurs stéréo mais pas de prise jack. C’est la fin de ce derbier. Oui, on peut verser une larme. Je vous rappelle que le Galaxy Fold est bel et bien livré avec des écouteurs Galaxy Buds de bonne qualité.

Les Caractéristiques

Pas de version Exynos à cause des quantités selon Samsung, le Galaxy Fold embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 855 de 7nm. En mémoire interne, si on ne retrouve plus de port Micro-SD, le Fold propose 512Go avec 12Go de RAM. On retrouve le Bluetooth 5.2, le WiFi 6, la 4G LTE de Cat.20 et une batterie de 4380mAh avec la recharge rapide, la recharge sans-fil et le partage d’énergie. Pour le poids, le Galaxy Fold fait 263g.

Inutile de vous dire que c’est une bête de puissance et que même avec les deux écrans, tout devrait tourner sans aucun souci sur le Galaxy Fold. De même pour l’autonomie, le Fold devrait facilement vous assurer une journée complète.

La Photo, toujours au cœur du smartphone

La photo reste bien évidemment un des gros points fort d’un smartphone Galaxy S et ça l’est aussi sur le Galaxy Fold puisque pour faire simple, au dos, le Galaxy Fold reprend le bloc photo des Samsung Galaxy S10 et S10+. Pour le bloc photo lié à l’écran interne, on reprend le même bloc photo que le Galaxy S10+ en façade. La petite nouveauté est donc l’appareil photo à l’écran externe qui reprend le bloc photo du Galaxy S10 en façade soit un capteur de 10 Mégapixels avec un objectif grand angle et une ouverture de F/2.2.

Pour rappel, avec le Galaxy Fold, on retrouve l’autofocus super rapide « Dual Pixel », mais aussi le « Dual Aperture » sur le capteur photo principal. Pappareil photo principal propose ainsi un objectif grand angle (FOV de 77°) avec une double ouverture, F/2,4 et F/1,5. Pour faire simple, quand la luminosité est au dessus de 100 lux, le Galaxy Fold utilisera la première ouverture et quand la luminosité sera en dessous de 100 lux, le Galaxy Fold passera à la seconde ouverture. Et là, vous allez me demander pourquoi ne pas avoir une seule ouverture de F/1,5 qui est capable de faire en théorie du F/2,4 ? Tout simplement parce qu’avec des objectifs si petits, selon Samsung, cela augmenterait les risques d’aberrations et de sur-exposition.

Techniquement parlant, le Galaxy Fold propose un appareil photo standard « Dual Aperture » avec un capteur de 12 Mégapixels et un nouvel appareil photo avec un ultra grand angle (FOV de 123° et F/2,2) avec un capteur de 16 Mégapixels. Il y a enfin un troisième appareil photo au dos qui n’est autre qu’un téléobjectif x2 (F/2,4 et un FOV de 45°) avec un capteur de 12 Mégapixels. En façade avec l’écran interne, on a droit à un appareil photo grand angle avec un capteur de 10 Mégapixels, un Autofocus Dual Pixel et l’enregistrement de vidéos en UltraHD, et un second appareil photo avec un capteur RGB de 8 Mégapixels avec une ouverture de F/1,9 qui servira essentiellement au mode Portrait et au calcul de la profondeur.

Très personnellement, je ne me suis pas encore pris en photo en selfie avec le Fold, si je peux comprendre qu’on puisse se prendre en selfie avec le Fold déplié, je pense que j’aurais préféré avoir l’inverse entre le bloc photo de l’écran pliable et celui de l’écran externe. Après, je ne suis pas non plus le super spécialiste des selfies alors bon, et en vrai, ça ne m’a pas tant gêner au final. Toujours est-il qu’il y a très peu de chance qu’il y ait de grosses différences avec ce que proposent les Galaxy S10. On verra avec les tests mais je ne me fais pas trop d’idées sur le sujet.

Le Design

Pour le design, il faut avouer que Samsung a très bien déployé ses idées avec un appareil réussi et dont la finition rend justice au prix où il est positionné. Samsung le sait, ce n’est pas un produit grand public, il s’adresse aux early-adopters, aux technophiles. Et dès personnes à qui j’ai pu montrer l’appareil, inutile de vous dire que pliure ou pas, le Wouah Effect était bel et bien là.

Si le Galaxy Fold joue la carte de la finesse quand il est déplié (6,9mm), il reste épais une fois replié (17mm). Je m’attendais à un espace plus important au niveau de la pliure, mais non, il reste relativement petit mais il y a bien encore un petit espace. On est quand même bien loin du Royole Flexpai. Le Galaxy Fold n’est pas lourd en soi, surtout si on le considère comme une tablette mais une fois replié, ce n’est pas le plus léger des smarpthones. D’ailleurs à ce sujet, je préfère considérer le Galaxy Fold comme une tablette qu’on peut replier, plutôt qu’un smartphone qu’on déploie.

Mais là où Samsung a bien joué, c’est en proposant un design fermé tout en longueur, ce qui permet une prise en main aisée et facile à une main. Du coup, on le tient très bien en main et il ne risque pas de vous glisser des mains comme les smartphones super fins mais avec des écrans XL. D’ailleurs, ça me fait penser à la charnière qui me semble super solide et ça, c’est rassurant.

Et enfin la fameuse question concernant l’écran pliable en extérieur comme le Mate X de Huawei ou l’écran pliable en intérieur comme le Galaxy Fold. Honnêtement, je ne sais pas encore mais de mon avis. D’un côté, la pliure est plus marqué mais l’écran n’ondule pas et il est protégé et de l’autre côté, ça rend mieux mais je ne suis pas sûr que la solution de Huawei soit pensé pour un usage au quotidien et le tout me semble plus fragile. A voir quand j’aurais celui de Huawei

Petite note sur le capteur d’empreintes qui est sur le bouton Bixby… Pourquoi pas mais je l’aurais plus vu sur le bouton de mise sous tension…

Android 9.0 Pie et One Ui

A l’instar des Galaxy S10, on retrouve la surchouche One UI sur Android 9.0. Rien à signaler, ça marche toujours très bien. On en était plus que content sur les Galaxy S10, on retrouve cette expérience utilisateur qui me va parfaitement.

Je n’ai pas eu le temps de découvrir les subtilités encore de la version dédiée au Fold mais le multi-tâches ressemblent à ce qu’on peut avoir sur les tablettes du constructeur coréen.

Dans les faits, l’expérience est assez proche de ce que propose Android stock et ce même si Samsung essaie toujours d’imposer certaines technologies comme son assistant personnel Bixby… que je n’utilise toujours pas… Mais comme sur les Galaxy S10, le bouton Bixby peut être configuré avec n’importe quelle fonction sauf Google Assistant ou Alexa… Forcément.































Lire la suite: Prise en main : Samsung Galaxy Fold, la réalité de l’écran pliable
Source: LeJournalduGeek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *