Combien les internautes seraient prêts à payer pour accéder à Facebook, YouTube ou Instagram

Posted on Posted in Lien externe
Crédits PixelKult via Pixabay CC

À l’exception de certains services comme YouTube ou Google Drive qui disposent d’une option premium payante, la plupart des services en ligne disponibles sur internet sont accessibles gratuitement, moyennant la présence de certaines publicités, et l’utilisation plus ou moins intrusive de données de navigation. Comme le révèle une récente étude réalisée par McGuffin, et relayée par nos confrères de Presse Citron, les internautes seraient pourtant prêts à payer un abonnement mensuel pour s’offrir les services de leurs plateformes préférées. 

Crédits McGuffin

En tête de liste, on retrouve donc YouTube. Le panel de sondés révèle en effet être prêt à débourser 4,20$ par mois pour accéder à la plateforme, soit un tarif bien moins élevé que YouTube Premium, proposé à 11,99$ en abonnement mensuel. Viennent ensuite Google Maps (3,48$/mois), Google Drive (3,31$/mois), puis Facebook (2,92$/mois), LinkedIn (2,84$/mois) et FaceTime (2,78$/mois). Assez étonnement, Instagram (2,56$/mois), Messenger (2,52$/mois) et WhatsApp (2,28$/mois) n’arrivent qu’en 9, 10, et 11e position, même si près de 89% des utilisateurs de la plateforme de chat au logo vert se disent près à payer pour y accéder. On découvre aussi que selon le résultat de l’étude, les femmes seraient prêtes à payer 20% de plus que les hommes pour accéder à Google Maps, Facebook et Pinterest. 

Crédits McGuffin

Même s’il est difficile de donner un réel crédit à cette étude, les montants en question restant complètement théoriques, McGuffin se penche également sur les impressionnants revenus que généreraient un abonnement mensuel à nos plateformes sociales habituelles. Sans grande surprise, le champion toute catégorie en termes de recettes serait Facebook. Avec ses 2,4 milliards d’utilisateurs actifs, susceptibles de consulter plusieurs fois le site chaque mois, le réseau social atteindrait les 53,4 milliards de dollars annuels, soit plus que les recettes liées à la publicité touchées par la plateforme en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *